Les diffférents types de réverbération

Le son

Les différents types de réverbération

14 fév , 2018  

Continuons sur les différentes techniques de réverbération, nous passons en revue ici les possibilités les plus répandus.

Il y a tellement de méthodes pour créer un effet de réverbération. Les micros ou pistes d’ambiances que vous avez pu réaliser lors de vos prises de sons, les reverbs “mécaniques” comme les reverbs à ressort ou les “plates” que nous détaillerons un peu plus tard dans cet article. Et il y a aussi bien sûr les moyens numériques.

Les réverbérations numériques.

Les réverbérations numériques se présentent sous deux formes, la réverbération algorithmique, qui est le type de plug-in de réverbération de votre DAW, et la convolution, qui profite de la puissance croissante des processeurs des oridnateurs pour nous apporter une autre forme de réverbération numérique.

Les différents types de réverbération

Nous avons vu dans les précédents articles comment la réverbération provient d’innombrables réflexions d’une pièce qui surgissent après n’importe quel son produit à l’intérieur. En fait, ces réflexions qui composent la réverbération pourraient être créées dans votre DAW en utilisant une multitude de delays. L’une des premières réverbérations numériques a été créée en 1962 par Manfred Schroeter, qui travaillait chez Bell Labs et qui n’a utilisé que six  delays. Les réverbérations numériques d’aujourd’hui en utilisent bien plus.

Les réverbérations numériques algorithmiques sont simplement trompées par des lignes à retard numérique. Les reverbs numériques haut de gamme comme Lexicon, TC Electronic et Yamaha utilisent des algorithmes composés de réseaux très élaborés de delays interconnectés, de modulation et de filtrage. Beaucoup de différents delays numériques sont combinés de sorte que le son qui entre est soutenu et répété dans un modèle richement complexe, très inspiré par l’acoustique d’une pièce.

Ce qui se passe dans une salle de concert avec d’innombrables surfaces réfléchissantes et une réverbération algorithmique peut se reproduire avec un nombre important mais limité de delay. Le nombre de delay dans les paramètres de temps de chacun, la façon dont ils sont connectés les uns aux autres, leurs modulations, leurs décalages de phase, leurs contenus spectral manipulés agissent comme un traitement sur des réflexions sonores. Ces delays “traités” et la réverbération algorithmique sont des systèmes numériques complexe qui résonne : le signal entre, reste pendant une durée limitée puis disparaît.

La qualité sonore de ce type de réverbération numérique dépend beaucoup des compétences des ingénieurs qui conçoivent et écrivent le code et semblent directement proportionnelles à la complexité des algorithmes numériques. Donc, ces réverbérations ont besoin d’outils performant pour faire tous les calculs nécessaires. Voilà pourquoi les meilleurs machines de réverbération existe en rack avec tous les circuits électronique que cela comporte, garantissant un rendu optimal.

Les plug-ins, en particulier les plus performants, vont avoir besoin d’une part importante des ressources système de votre DAW. Si vous devez utiliser des effets de réverbération sous cette forme, un processeur multi-coeur et une bonne quantité de RAM vont vous être d’un grand secours. De part toute la complexité de ces calculs, certains vous diront que rien ne remplace une machine dédiée pour une belle réverbération numérique. Le prix élevé de certaines machines justifient ce besoin de ressource.

Les réverbérations à convolution

Les réverbérations à convolution offrent une approche numérique différente de la réverbération algorithmique. Ce curieux mot de convolution se réfère simplement à une opération mathématique très spécifique. Tirer parti de ce genre de mathématique nous permet de prendre la réponse impulsionnelle (IR) d’une pièce et de l’appliquer à n’importe quelle piste audio. Encore une fois, comme la réverbération est essentiellement un motif organique, indescriptible et compliquée, constituée de réflexions décroissantes provenant de toutes les surfaces d’une pièce, tout ce dont nous avons besoin est de trouver le motif nécessaire du type de delays et de les appliquer à notre son.

Pour créer cette “convolution”, il faut envoyer une impulsion dans la pièce, un simple “pic” instantané d’énergie, un clic parfait, puis enregistrer la réponse ou les réflexions qui en résulte. Cette réponse enregistrée ayant réagit à un simple pic, nous donne toutes les données dont nous avons besoin pour appliquer la réponse de la pièce à tout autre signal audio.

Les différents types de réverbération

Avec cette technique vous pouvez désormais restituer n’importe quel espace acoustique existant dans le monde, tant que des studios que des salles de concerts ou tout ce que l’on pourrait imaginer. La convolution est un outil relativement nouveau dans le monde de l’audio, non parce que l’idée est récente, mais parce qu’elle est très informatisée. La convolution n’était pas vraiment gérable dans l’environnement de studio jusqu’à ce que les processeurs de nos ordinateurs soient capable de gérer la quantité d’informations nécessaires pour recréer ces réflexions sur le son.

La convolution se joint à l’algorithmique pour donner à chacun de nous deux choix très puissants pour créer numériquement une réverbération de studio.

Réverbération mécanique : le ressort

L’autre grande famille des réverbérations “artificielles” est celle des reverbs mécaniques. La réverbération mécanique existe aujourd’hui sous deux formes : ressorts et plaques. Les reverbs à ressorts sont faits de ressorts (d’où leur nom), généralement un réseau de ressorts interconnectés. C’est ni plus ni moins qu’un ressort qui vibre d’une manière assez simple. Secouez-le et la vibration se propage d’avant en arrière sur toute la longueur du ressort.

Les réverbérations à ressorts multiples établissent une connexion mécanique entre les ressorts pour déclencher plusieurs résonances interactives entre eux. Il suffit de faire vibrer ces ressorts avec votre signal, et vous avez maintenant exploité la résonance mécanique des ressorts comme une sorte de réverbération acoustique naturelle. La vibration soutenue des ressorts s’avère utile dans l’audio comme une saveur spécifique de la réverbération. Il ne sonne pas exactement comme une pièce, mais il a une qualité unique et très intéressante.

Les différents types de réverbération

La réverbération à ressort, parce qu’elle est légère, portable et assez abordable, est courante dans de nombreux vieux orgues et amplis de guitare. En partie pour sa commodité, mais aussi en raison de son son si caractéristique, la réverbération à ressort reste une partie essentielle du son de la guitare. C’est un élément déterminant de la musique “surf” et du blues basé sur la guitare, mais vous pouvez l’utiliser sur pleins d’autres sons.

La réverbération à ressort est un excellent moyen de modifier le timbre d’un instrument. Bien qu’il ne puisse pas retranscrire le son d’une salle de concert ou d’un grand studio, il offre une qualité de résonance qui est recherché sur de nombreux titres.

Réverbération mécanique : la plaque

Les réverbérations à plaque offrent plus de complexité sonore par rapport aux réverbérations à ressorts. Lorsque les ressorts vibrent d’une manière unidimensionnelle simplement d’un bout à l’autre, une réverbération à plaque, composée d’une grande plaque de métal, vibrera de façon plus bidimensionnelle, sur toute la longueur et sur toute la largeur de la plaque d’acier. Un signal audio connecté directement à la plaque, provoquant sa vibration. Comme avec les ressorts, la résonance de la plaque ne sonne pas vraiment comme une vraie pièce.

Avec l’expérience, vous apprendrez à identifier les fortes caractéristiques de désintégration des fréquences hauts médiums de ces reverbs et comment elles sonnent différemment par rapport aux sons de pièces classiques (hall, rooms etc…).

Les différents types de réverbération

Les réverbérations à plaques n’ont pas été fabriquées commercialement depuis des décennies. Les unités d’époque sont très recherchées, chères mais pas très pratiques à utiliser de part leur taille et leur poids. Il est donc assez courant d’utiliser une convolution pour obtenir exactement le son d’une plaque réelle dans un mixage.

Comme pour les ressorts, les plaques sont utilisées pour leur couleur sonore distincte pour modifier le timbre d’un instrument. Les ressorts et les plaques sont des systèmes mécaniques qui offrent leur propre caractéristique de résonance, fortement identifiable, et même si leur technologie mécanique est devenu obsolète comparé à la technologie d’aujourd’hui, leur son est toujours pertinent. C’est d’ailleurs pour ça que vous trouvez bon nombre de presets recréant le son de ces reverbs dans les multi-effets d’aujourd’hui.

,


5 Réponses

  1. Harry Harshaw dit :

    Bonjour, encore merci pour pour cet article.

  2. Loic dit :

    Article vraiment intéressant! Je ne connaissais pas tout ces types de réverb.
    Du coup, connaitriez-vous des effets imitant ces réverbs mécanique ?

    • Bonjour Loic
      La plupart des multi-effets hardware et plus couramment maintenant les plugins, ne font que reproduire numériquement le son de ces reverbs mécanique : spring, plate et bien sûr des espaces acoustique.
      Il en existe des multitudes avec des sons différents mais cela devient de plus en plus performant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Plus dans Le son
Rear
Enregistrer un son d’ambiance

Pourquoi enregistrer l'ambiance d'une pièce ? Pour réaliser une bonne production ou un bon mixage, il est important de comprendre...

Lexicon_480L_main-1023x682
Reverb : tout savoir sur la réverbération

Qu'est ce que la réverbération ? Qui n'est jamais rentré dans une pièce, un studio, ou un environnement particulier, sans...

Fermer