mixing

Mixage

Techniques de mix suite…

5 août , 2017  

La plupart du temps, lors d’un mixage, certain choix se font de manière évidente : besoin de plus de basse ? on prend un EQ et on augmente les basses. Besoin de plus de contrôle sur un son ? on utilise l’automation de volume ou la compression. Mais parfois, nous sommes face à des problèmes plus particulier comme par exemple comment avoir plus de grave dans notre son de grosse caisse sans perdre notre marge de volume, ou comment obtenir plus de brillance sur un son dont la contenance en harmonique ne dépasse pas les 7 khz.

Eh bien là où il y a une volonté, il y a un moyen. J’espère que dans cette nouvelle liste d’astuces de mix, vous trouverez certaines solutions à des problèmes que vous avez peut être déjà rencontrés.

– Utiliser un filtre passe bas pour la brillance

Comment un filtre passe bas peut améliorer la brillance d’un son ? Prenons l’exemple d’une guitare saturée. Toute l’énergie du son monte jusqu’à environ 6-7 khz, au delà, c’est du bruit. Une amplification des aigus augmenterait ce bruit, obstruerait votre mixage et rendrait la guitare “criarde”.

Au lieu de ça, utilisez un filtre passe bas. Il aura deux rôles : premièrement, il coupera le bruit et les effets indésirables de la distorsion sur les harmoniques. Deuxièmement cela augmentera la zone où le filtre sera appliqué. Alors que vous atténuez tout ce qui sera au delà de la fréquence, dites 6 kHz (par exemple), vous augmentez réellement la région de 6 kHz. Cela se produit parce que l’EQ génère une résonance juste à l’angle de la pente et c’est vraiment très propre et clair !

– Ajouter du médium pour augmenter le grave

Lorsque nous voulons entendre plus de graves dans une basse, une grosse caisse ou un autre élément avec du grave, la solution évidente est de stimuler le grave. Mais parfois, ce que nous voulons vraiment, c’est juste donner plus de relief à cet élément.

On peut le faire en ajoutant simplement un peu de médium, dans une zone où notre oreille sera attirée naturellement. Cela donnera de l’attaque à une grosse caisse, ou de la présence à une basse, donnant l’impression à notre oreille qu’il y a du grave même s’il s’agit en fait d’un peu plus de médium.

Cela peut être extrêmement pratique lorsque vous n’avez pas beaucoup de marge de manœuvre, ou si vous avez besoin d’une alternative dans le traitement du grave.

– Saturer pour éclaircir

De quelle manière la distorsion pourrait-elle rendre quelque chose de plus «clair» ?

Si nous définissons “clair” par la clarté du son plutôt que par la pureté du son original, nous pouvons utiliser une distorsion harmonique pour que le son soit plus “lisse”. Une subtile distorsion ajoutera des harmonique à une source. Notre cerveau utilise ces harmoniques pour nous dire ce que nous entendons vraiment. Il est préférable de dire que nous allons rendre cette guitare acoustique plus «brillante» en mettant l’accent sur ses harmoniques.

– Utiliser la réverbération pour l’intimité

La reverb est utilisée pour recréer une sensation d’espace. Sans reverb, il est difficile d’évaluer le rapport entre les sons du premier et de l’arrière plan dans un mix.

Contraster les sons d’ambiance et les sons “secs” peut donner un effet plus “in your face” plutôt que de laisser les sons 100% secs. Le truc est d’envoyer les éléments qui sonnent “sec” dans une reverb avec des “Early Reflection” riche et rapide ou avec un long pré-delay. Un preset très connu des reverbs Yamaha de l’époque porte ce nom.

L’autre avantage à utiliser ce type de réverbération  est qu’il renforce un peu le son du signal sec, ce qui accentue la sensation de proximité.

– Sortie en double pour les traitements en parallèle

Ceci est utile si vous savez que vous allez effectuer un traitement parallèle. Le plus souvent, j’utilise cette approche pour la batterie.

Pourquoi ? Si vous utilisez une seule sortie sur deux canaux d’émission, vous obtenez les mêmes niveaux sur les deux. Si vous avez un contrôle indépendant, vous pouvez les configurer uniformément pour commencer et ensuite appliquer votre compression sur la piste parallèle. De là, vous avez un contrôle plus précis sur la quantité de chaque élément entrant dans le compresseur. Une fois que vous rajoutez votre compression parallèle, vous pourrez constater que vos cymbales se réadapartissent plus subtilement dans la stéréo, tandis que votre grosse caisse et caisse claire resteront bien au centre. En contrôlant individuellement les niveaux de sortie, vous pouvez affiner la réaction du compresseur. Pourquoi ne pas le faire à partir d’envois auxiliaires ? Sur certaines DAW, il peut y avoir un certain retard sur le bus de retour. Cela peut être un problème pour obtenir une bonne mise en phase pour un traitement efficace.

– Garder le bas médium de la voix

Dans certains cas, on peut être amené à réduire une grosse quantité de fréquences entre 350-600hz dans les voix. Cela conduit généralement à un son plus propre. Cependant, dans le mix, vous risquez de trouver votre médium moins intéressant, surtout une fois que vous avez ajouté quelques aigus. Une façon de contrôler cette gamme, mais pas de la supprimer, c’est d’utiliser un compresseur avec un sidechain customisé.

Déclencher la compression sans les graves, les hauts médium et les aigus de la voix original plutôt qu’avec un compresseur classique, donnera plus de présence à la voix comme un EQ pourrait le faire, mais sans perdre ces bas médium. En contrôlant le “knee” de votre compresseur, vous pouvez rendre la compression encore plus transparente !

– Compresser sans compresser.

Pour les possesseurs d’outils vintage, nous connaissons les avantages d’utiliser les transformateurs de nos machines comme “embellisseur” de son. Par exemple le transfo d’un 1176 appliquera sa propre compression si on passe à travers. En “by-passant” le temps d’attaque et en trouvant un niveau d’entrée adapté, je peux apporter un léger sustain à mon son sans compromettre les transitoires. Ce processus ici génère une distorsion. En trouvant un bon rapport, cette distorsion peut vraiment bonifier le son. Ce truc fonctionne sur plein de machines, à vous de les tester !

Urei-1176

– Clipper au lieu de limiter

Prenez un peu de recul avec cette idée : l’une des approches les plus risquées mais potentiellement les plus intéressantes est de supprimer un signal au lieu de le limiter.

Clipper ou écrêter est l’équivalent d’une grosse compression avec un temps d’attaque et de relâchement nul. Le limiter est beaucoup plus transparent en terme de contrôle de fréquence, mais au prix d’un perte de dynamique. De même, l’écrêtage n’est pas transparent en termes de son, mais la dynamique hors du signal de crête est totalement intacte.

Cela peut donner d’excellents résultats, mais sur des périodes de temps très courtes, en particulier sur les sources qui ont un large contenu en fréquences, cela peut même être assez transparent et même très bon !

Nous faisons du “soft clipping” très souvent sans nous en rendre compte, par exemple lors d’envois ou retours de nos convertisseurs trop violemment.

– Ajouter une note aux grosses caisses

Vous avez probablement déjà essayer de déclencher une onde en sidechain depuis une grosse caisse pour y ajouter plus de corps. C’est une façon simple d’obtenir plus de profondeur et de poids à celle ci.

Utilisez une onde carrée et un filtre passe-bas avec la fréquence de coupure réglée sur la tonalité fondamentale. Parce que de légères nuances resteront encore, vous obtiendrez une «note» plutôt que simplement une sensation de grosseur. Cela peut vraiment aider le kick à trouver sa place.

Bien choisir la fréquence en question est la clé de l’astuce. Il n’y a pas beaucoup de marge dans cette zone, donc vous devez être très prudent. Au delà de 65 Hz, vous allez être probablement trop haut.

– Saturation en parallèle

Un truc sympa pour “exciter” un son est d’utiliser une saturation en parallèle. Faites une copie de votre piste, utilisez un filtre et ajoutez une touche de distorsion. Mélangez ensuite avec le son d’origine. Filtrer tout en dessous de 1 khz peut être intéressant pour les voix. Entre 100 hz et 1k peut être cool sur des guitares rythmiques ou des graves pour ajouter du corps. C’est comme un EQ, mais cela crée une signature harmonique qui aide à donner au son beaucoup plus de profondeur.

Pour ma part, je préfère le faire avec des EQ à phase linéaire car cela me donne exactement ce que je veux sans aucune sorte d’annulation de phase entre le signal sec et parallèle. Mais parfois, cette annulation peut être utile. Si vous définissez votre fréquence de coupure et votre inclinaison plus ou moins décalées, vous pouvez doucement atténuer toutes les plages de fréquences dont vous ne voudrez peut-être pas. Dans ce cas, une phase minimale peut être la solution.

– Retarder l’ambiance

Parfois, je reçois des pistes à mixer qui ont été enregistrées avec un bon équipement, mais pas dans des espaces très grand. Souvent, l’espace est trop étroit ou trop mat. Dans ce genre de cas, même avec des micros d’ambiance, cela ne ressemble presque pas à un son de pièce.

Avec une ambiance étroite, vous pouvez insérer un delay avec un léger feedback en éliminant le son d’origine. Maintenant, vous avez un écho qui ressemble exactement à la pièce dans laquelle il a été enregistré, parfaitement réaliste et qui se fond immédiatement avec tout le reste.

Avec une ambiance mat, vous pouvez appliquer un delay (20-50ms) sans feedback. Agissant essentiellement comme un pré-delay. De cette façon, vous obtiendrez plus de chose de cette ambiance, sans perdre la sensation de prise de proximité.

Vous pouvez aussi tout simplement décaler les pistes d’ambiance dans votre DAW.

Souvenez-vous que la clé est la subtilité ! Ces techniques peuvent être excellentes, mais elles peuvent aussi détruire un mix.

Si 66% de la chanson provient de la performance, 20% de l’enregistrement, 10% du mixage de base, alors les 4% restants seront ce genre de choses. La balance, la panoramique, le traitement de base des sons (dans cet ordre) sont beaucoup plus utile et important pour obtenir le bon mix. Mais de temps en temps, vous avez besoin d’un petit quelque chose.


5 Réponses

  1. Serge Fernex dit :

    Super…. bonne continuation….. toujours à fond !!!

  2. Jean Phi dit :

    Super ! Merci bcp

  3. jean phi c’est un peu plus bas ….

Répondre à Jean Phi Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Mixage
sslmix
Techniques de mix

On me pose souvent la question pour connaître davantage de techniques ou astuces pour améliorer la qualités des mixages. Comme...

Placer un EQ avant ou après la compression

Fermer