Profondeur et espace dans un mixage

Mixage

Profondeur et espace dans un mixage

30 juil , 2016  

Profondeur et espace dans un mixage

Pour moi, les éléments essentiels de tout bon mixage professionnel sont une bonne répartition des fréquences, des panoramiques et des effets dans un espace tridimensionnel. Les mixages qui réunissent ces 3 éléments sont en général plus convaincant. Et parfois, une musique a besoin de ces conditions pour que la magie opère.

Mais comment créer cet espace tridimensionnel dans un mixage ?

Comment arriver à bien repartir ces éléments sur deux enceintes ?

J’ai souvenir avoir vu une interview de Mr Yves JAGET, où il expliquait très bien cette vision de la chose, c’est à dire l’aspect vertical pour les fréquences, l’aspect horizontal pour la stéréo et la profondeur avec les effets et autres…

Profondeur et espace dans un mixage

Hauteur

C’est étonnant comment on peut représenter la perception des fréquences du bas vers le haut. On visualise les fréquences aigus en haut et les fréquences grave en bas. Cette sensation est due en partie au placement des tweeters en haut qui gère les aigus et le haut-parleur en dessous, qui s’occupe des informations graves.

Ce phénomène est également dû en partie, à la façon donc sonne les basses fréquences. La grande dispersion des basses de manière omnidirectionnel et surtout de part leurs grandes longueur d’ondes, qui se reflète sur toutes les surfaces, et bien sur la plus proche de vous tel que votre bureau, votre console etc… L’autre partie est dû aux fréquences aigus plus directionnels et qui atteignent vos oreilles sans pour autant se mélanger avec de la réflexion sur de courtes distances.

Pour toutes ces raisons, et probablement d’autres, nous avons tendance à entendre le contenu harmonique élevé “en haut” et les contenus harmonique grave “en bas”.

En créant le contraste dans ces zones extrêmes du spectre, nous pouvons faire sonner les mix plus “grand”. En rajoutant de l’aigu sur un élément naturellement brillant comme une cloche ou charley et de la même manière si vous rajoutez du grave sur un élément naturellement bas comme une grosse caisse ou une basse.

Largeur et contraste

La “largeur” d’un mix est aussi une question de contraste. Si deux sons identiques jouent exactement en même temps sur les deux enceintes, nous le percevons comme provenant d’un point central entre les deux haut-parleurs. C’est ce qu’il se passe pour les sons mono. Dès que les sons deviennent différents, ou si ils sont décalés dans le temps l’un par rapport à l’autre, ils commencent à se répandre dans le champ stéréo. Plus il y aura de contraste entre ce qui se passe entre les deux enceintes, plus votre mix sonnera large.

Un premier exemple est le doublage de guitares. Si vous doublez une partie de guitare à quatre reprises avec  un panoramique de deux doublés d’un côté et deux doublés de l’autre, le résultat final est souvent pas aussi large que l’on peux croire et bien souvent beaucoup moins “puissant”.

La clé ici est de créer autant de contraste que possible : utiliser différentes guitares, différents amplis, et / ou différents micros et placement de micros pour les parties doublées. Créer des sons contrastés. Cela permettra à l’oreille d’entendre plus de séparation entre les sons et donc de créer une sensation de largeur.

Pour donner de la largeur, j’utilise le panoramique naturel, plutôt que de compter sur des effets de chorus, l’effet “HAAS” ou doubleurs. Deux prises différentes d’un même instrument va paraître plus large qu’une prise envoyé dans ce genre d’effet.

Profondeur

Pour donner une sensation de profondeur dans votre mixage, vous devez d’abord réaliser que tous les sons ne peuvent pas se placer au premier plan. Et encore une fois, le contraste est la clé pour l’élaboration d’un mixage “vivant” et qui sonne en 3 dimensions. Si tous les sons sont placés devant, On perd toutes notions de distance et donc de profondeur.

Une fois que vous avez intériorisé cette idée, la deuxième étape consiste à maîtriser les outils et les techniques spécifiques qui vous permettront de rapprocher certains sons et d’éloigner les autres. L’utilisation judicieuse des réverbs, des delays, de la compression et de l’égalisation peut être cruciale pour faire en sorte que certains éléments semblent reculer, tout en permettant à d’autres éléments plus centraux d’avancer.

L’équalisation :

Un EQ est un outil étonnamment puissant pour créer de la profondeur. Vous pouvez l’utiliser pour reculer ou avancer n’importe quel son.

Profondeur et espace dans un mixageIl y a une très bonne raison psycho-acoustique à cela : à mesure que le son se déplace dans l’air, les fréquences les plus élevées sont atténuées plus rapidement, et les plus basses parviendront beaucoup plus vite à votre oreille. (Comme nous l’avons évoqué tout à l’heure).  Plus vous êtes éloignés d’une source sonore, plus les hautes fréquences perdront leur énergie de par le temps qu’elles mettront à atteindre vos oreilles.

En règle générale, si vous enlevez certains aigus, les sons paraîtront plus éloignés, et si vous en ajoutez, ils sonneront plus proche. Dans cette optique, il n’est plus question de savoir pourquoi certains mixeurs aiment booster les aigus des voix, pour la placer au devant du mix. De même, les éléments qui sont destinés à sonner “proche” peuvent parfois bénéficier d’aigus pour sonner clair et précis.

Mais soyez prudent, car vous risquez d’abuser des sons clair et cette envie de précision. Si vous vous retrouvez avec un son de voix trop “aéré”, ou des cymbales trop brillantes, cela pourrait vite distraire votre écoute et vous faire passer à côté d’éléments plus importants dans le mixage. Une réduction douce et subtil dans les aigus peut vous aider à mieux placer certains éléments dans la balance. N’ayez pas peur de booster, mais aussi d’atténuer vos aigus.

Profondeur et espace dans un mixageVous pouvez être plus radical et utiliser des filtres passe bas et donner la sensation que votre son est placé vraiment loin voir même derrière un mur par exemple. Plus la pente est graduelle, plus vous obtiendrez un sens de la distance subtile. Plus la pente est forte, plus vous obtiendrez un sentiment d’obstruction pure par un objet massif.

Le choix des fréquences n’est pas important, mais en général, entre 5khz et 15khz peut vous aider à ajuster le sens de la profondeur sans perdre trop d’intelligibilité. Plus vous démarrez haut dans le spectre, plus ça sera subtile. Donc, suivant l’effet que vous désirez, commencer au plus haut, et déplacez vous de plus en plus bas.

Profondeur et espace dans un mixage

Reverb

Vous pouvez utiliser la réverbération pour placer vos sons dans l’espace afin de les éloigner ou les rapprocher. Les réverbérations plus courtes peuvent aider à éloigner légèrement les sons et à ajouter un sentiment d’espace autour d’eux. Mais ce sont les réverbérations plus longues qui peuvent vraiment aider à “pousser” les sons encore plus loin. Evidemment, donner la sensation d’espace dés la prise de son est l’idéal. Si vous souhaitez placer votre batterie en arrière plan par exemple, vous devrez éloigner un peu les micros et travailler plus avec des micros d’ambiance.

En général, les réverbérations de pièce ou à plaque courte sont bien à utiliser sur les éléments qui doivent sonner “proche” en restant naturel. Des halls, des plates ou des rooms plus longues sont souvent plus appropriées pour ajouter une vrai sensation de distance.  Plus elles seront longue et plus on s’éloignera.

Le pré-delay d’une reverb qui correspond au temps écoulé entre le signal direct et la réverbération, peut jouer un rôle : moins il y en aura et plus le son paraîtra loin, de même pour les «premières réflexions» et l’«amortissement». Un pré-délay plus court, vous donne un son direct qui arrive à peu près au même moment que la queue de réverbération, et il fera un son relativement plus diffus et éloigné.

Ajouter plus de pré-delay donnera deux sensations à la fois : il vous donnera un son direct que vous distinguerez sensiblement plus tôt que la réverbération en elle-même, donnant une sensation de son proche. Mais vous distinguerez aussi la réverbération et son atténuation plus ou moins longue qui peut donner un sentiment de réelle proximité, mais dans un espace beaucoup plus grand.

Imaginez-vous debout dans une cathédrale entrain de frapper une caisse claire. Si elle est proche de vous, vous entendrez le son direct un peu avant que toutes les réflexions des murs vous atteignent. Si les murs sont loin de vous, le son de la caisse et les réflexions seront très distincts l’un de l’autre. C’est ce que vous réglez lorsque vous ajustez le pré-delay d’une reverb.

Vous pouvez faire des ajustements similaires en peaufinant les “premières réflexions” de votre réverbération.

On peux donc partir du principe que plus vous serrez dans un espace “large” plus vous aurez du pré-delay. Vous entendrez moins de «premières réflexions». La réverbération d’une pièce plus petite sera susceptible de dominer ces premières réflexions. Plus vous avez de réflexions précoces, plus un élément sonne proche, et plus il y a de réflexions antérieures, plus il sera éloigné.

Enfin, il y a l’impact de l’ “amortissement” de la reverb, qui se réfère à quelles fréquences sont accentuées ou minimisées dans la réverbération. Cela peut avoir un impact significatif sur la distance perçue, on peut donc jouer sur l’égalisation de la reverberation pour accentuer les sensations de distance.

Delay pour la profondeur

Les mêmes principes qui s’appliquent à la réverbération s’appliquent également au delay :

  • Les répétitions plus courtes sonneront plus proche que les répétitions plus longues.
  • Les répétitions plus aigus sonneront plus proche que les répétitions plus grave.
  • Plus de répétitions donneront une sensation de distance et sonnera plus diffus.

Un autre avantage du delay est que vous pouvez ajouter de la distance de façon très subtile, et de façon à améliorer le groove de votre titre. Vous pouvez également obtenir beaucoup de distance sans prendre le timbre d’un instrument comme pourrait le faire une reverb.

Si vous voulez garder les sons précis et puissants tout en jouant avec la notion de profondeur, essayez les delays là où vous pourriez appliquer une réverb.

Compresser pour la profondeur

Vos paramètres d’attaque et de relâchement peuvent jouer beaucoup sur la sensation de profondeur dans un mixage :

  • Des temps d’attaque plus rapides assouplissent vos transitoires et rendent les sons plus éloignés.
  • Des temps d’attaque plus lents laissent passer l’impact initial et peuvent faire ressentir un son comme plus proche de vous.
  • Des temps de relâchement plus rapides mettent en évidence le sustain et la résonance d’un son, ce qui le rend très sensible et donc plus proche.
  • Un temps de relâchement plus long peuvent aider à les “reculer”.

Un autre outil efficace ici aussi sont les “transient designer”, qui peuvent vous permettre d’accentuer ou d’atténuer les transitoires d’un son.

Conclusion

La notion de profondeur sur une mixage est un peu délicate à représenter car cela peut être interprétée de plein de manière différente. Voici un récapitulatif de ce que nous venons de voir :

  • Plus fort sonne plus proche
  • Plus aigus sonne plus proche
  • Moins de reverb sonne plus proche
  • Les reverbs plus courtes sonneront plus proches que les reverbs plus longues.
  • Des pré-delays plus longs rendront l’impact initial plus proche que les pré-delays plus courts.
  • Plus de réflexions précoce donnera une sensation plus proche.
  • Des réverbérations plus aigus sonneront plus près que des réverbérations plus graves.

Procédez par étape. Il est tellement plus facile de mixer quand vous avez une idée de l’endroit où placer les éléments en termes de volume. Gardez à l’esprit votre image devant – derrière, cela vous aidera à mettre en place votre balance plus rapidement.

Finalement la clé d’une bonne profondeur dans un mixage est une question de contraste. Pour donner la sensation qu’un son est proche de nous, nous avons besoin d’entendre un son éloigné. Et pour donner une sensation d’un son fort, il faut ressentir des sons plus faibles.

Il faut pratiquer un maximum pour pouvoir bien gérer les contrastes d’un mixage, et vous verrez qu’avec l’expérience, ce genre d’approche rendra vos enregistrements beaucoup plus professionnel.


21 Réponses

  1. William dit :

    Super ce récapitulatif ! Une petite question cependant.
    Est-ce une bonne habitude que de commencer une session de mix en ayant 3 réverbs pré-réglées pour respectivement gérer le premier, second et arrière plan sonore ?
    Merci.

    • Oui ce n’est pas une mauvaise habitude de démarrer avec des présets dans une session. Cela a l’avantage de pouvoir mettre en place certaines idées rapidement, ce qui peut être déterminant dans un processus de mixage…
      Après il ne faut pas tomber dans un automatisme d’utiliser les mêmes réglages tout le temps… Il faut toujours partir du principe où il faut servir le son, donc parfois il faut aller un peu plus loin dans les réglages

  2. Fofana dit :

    Bonjour et merci.
    Moi. Je fais le doublage des films.
    Pour avoir une bonne profondeur des ces voix, et rester naturelle,quelle est la meuilleure solution simple pour moi ? C’est seulement les voix.
    Merci

    • Bonjour
      C’est pas évident de donner des “trucs” comme ça, il faut toujours partir du principe que la profondeur se ressent qu’a partir du moment ou l’on a un autre son pour les placer dans l’espace.
      Le meilleur exemple est de jouer sur les “contrastes” entre eux. Pour les films c’est un peu délicat puisqu’il faut qu’on puisse les entendre correctement à travers différents support… Le mieux pour garder le plus de naturel possible, est essayer de ne pas compresser et de jouer sur les fréquences, car la voix est l’élément que nous entendons le plus facilement et de jouer sur les volumes..

  3. Alain dit :

    Salut Nico,

    Et une fois de plus, grace à tes information j’en apprend et me dit que le chemin est long et passionnant… comme toi. Super Extra Merci

  4. Gil Zicos dit :

    Merci à toi pour ces tuyaux , vais vite faire une fiche …

  5. Très intéressant et synthétique. Très bien écrit, merci

  6. Pierre Jammet dit :

    Plus une ssl…… Non!!!!

  7. Super nicolas merci

  8. Paul Viguier dit :

    Bon petit récapitulatif, il y a tout ce qu’il faut pour obtenir un vrai bon mix 😉

  9. Genial je l attendez

  10. koko dit :

    Salut Nicolas
    C’est un grand plaisir pour moi d’avoir lu ton article. Très utile pour moi et je crois que cela m’aidera à faire mieux. Merci

  11. Gwen DANO dit :

    Merci beaucoup, je suis avec clarté et passion tes astuces.
    Le jour ou j’en airais la possibilité, je viendrais prendre des courts pour approfondir ma pratique du mix.
    Je tente en ce moment de mettre en place un set-up qui permetrait de jouer et mixer en live et aussi de de produire directement sur se système. J’utilise un maximum d’interfaces physique qui restent facilement transportable. J’ai opter pour 2 masters, un pour le live, et un autres pour l’export, et j’ai encore beaucoups de pratique à faire et à apprendre. Je travaille beaucoup avec des loops ( mais pas que ), et tout est samplé, surtout les instrument vst ( si non j’ai des problèmes de phases), et une partie du traitement en numérique aussi, si non j’ai des problèmes de phases. Je laisse les retour en direct et certain bus. Je teste absolument tout, pour voire ce qui est fiable pour que ça reste droit, je sais pas ou je vais pouvoir aller niveau ressource pour que ça tourne le mieux en live encore, on verra. je fait cela sur un petit soft, Bitwig.
    Encore merci, je garde ton adresse sous le coude.
    Cordialement.
    Gwen.

  12. Excellent Nicolas … Merci .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Mixage
Le "british mode" du compresseur 1176
Compression parallèle 1176 en british mode

Compression parallèle 1176 en british mode Dans cette vidéo je vous explique comment mettre en place une technique de compression...

Le "british mode" du compresseur 1176
Le “british mode” du compresseur 1176

Le "british mode" du compresseur 1176 Dans cette vidéo, je vous explique à quoi correspond le "british mode" que vous...

Fermer