Vocal+Recording+Tips

Mixage

Mixage voix : le guide complet

21 juil , 2015  

Mixage voix : le guide complet

Voici certainement l’instrument le plus important qui soit et en même temps le plus complexe. Il existe autant de voix différentes que de méthodes pour les enregistrer. L’art va être dans le choix du micro, du préampli et de l’environnement dans lequel on va faire la prise. J’aimerai vous dire qu’il existe qu’une recette pour travailler le son d’une voix, mais malheureusement le “preset” magique n’existe pas….

J’ai réuni dans cet article quelques “trucs” qui me paraissent indispensable de faire en démarrant d’une voix “brut” jusqu’à son processus final. Donc considérez ces quelques lignes comme un sorte de “pense bête” pour traiter vos voix et les faire sonner comme vous le souhaitez.

Le secret d’un bon son de voix est toujours issu d’une bonne prise de son : sans “plosive”, sans bruit de bouche ou autre respiration gênante, sans sibilance et sans résonance ou bruit de réflexion de la pièce. Et bien évidement, une bonne performance du chanteur est d’une grande aide aussi. On va partir du principe où tout ces éléments sont réunis pour commencer à mixer notre voix.

Peu importe dans quel contexte sera placée la voix, que ce soit pour de la musique, de la TV, film, radio… Nous aurons besoin dans tous les cas de comprendre les mots, et de faire ressortir le timbre de celle ci tout en l’optimisant d’un point de vue technique suivant le contexte justement dans lequel elle sera diffusée.

Equalisation : Les filtres

La première étape qui est peut être une des plus importante, est le “nettoyage” des fréquences ou plutôt l’application de filtres coupe bas (voire coupe haut)

Mixage voix

Dans la plupart des cas (et pas seulement pour les voix) il y a pas mal d’informations dans le bas du spectre qui ne sont pas forcement nécessaire. Pour la voix, il y a souvent ces fréquences grave qui sont présentes dans l’enregistrement, il est toujours bon de les éliminer ou du moins les atténuer.

Un balayage des fréquences vous aidera à trouver le bon placement de votre HPF (High pass filter). Et si la prise de son n’est pas d’une grande qualité, il peut arriver que des informations gênantes peuvent se faire entendre dans les aigus. Dans ce cas n’hésitez pas à faire la même chose dans le haut du spectre. De même pour les autres fréquences, utilisez un equaliseur paramétrique pour éliminer les fréquences dérangeantes.

Equalisation : le contexte

L’application de filtres peuvent faire sonner la voix correctement lorsque qu’on l’écoute en solo. Mais cela peut être très différent dans le contexte global. L’idéal est de faire ce travail de nettoyage autant en solo que dans le mix complet. Ne cherchez pas forcement à faire ce travail dés le démarrage de votre mix, car au fur et à mesure du changement de votre mix, les fréquences qui peuvent être gênantes au départ ne le seront peut être plus après…

Equalisation : fréquences extreme

On a pas forcement le réflexe de “couper” les fréquences mais plutôt à booster celle qu’on a envie d’entendre. Alors pourquoi couper les fréquences en premier et booster ensuite ? Si il y a d’autres traitement à apporter sur la voix, essayez d’évaluer l’impact sur la couleur du son ou utilisez dans le doute des machines (ou plugs) transparent. Dans la pratique, un filtre type coupe bas (ou haut) sera plus efficace si il est appliqué le plus tôt possible dans le traitement du son. L’idée est bien sur d’être prudent sur l’impact au résultat final et de faire des essais dans différentes sections du morceau.

Equalisation : amplification

Une chose évidente en matière d’équalisation et de booster plus que ce qu’on aurait envie d’entendre. Avoir le micro idéal pour une voix et l’enregistrer dans les meilleurs conditions, voudrait dire que l’on aurait pas besoin d’utiliser d’EQ. Mais ce genre de cas est extrêmement rare, et on est souvent obligé de régler certains problème par une équalisation, mais essayez toujours de corriger “juste” et amener les petits plus juste pour  sublimer ce qu’il se doit.

EQ pré ou post compression ?

Vaste sujet, beaucoup auront des avis différents, pour ma part, je préfère booster mes EQ après la compression. Amplifier des fréquences avant la compression, va rendre le compresseur plus sensible à ces fréquences et notamment les fréquences grave et parfois cela peut avoir l’effet inverse, au lieu d’amplifier les fréquences qui m’intéressent, cela va les réduire. De ce fait, voilà pourquoi je préfère couper les fréquences indésirables avant la compression et amplifier ensuite.

Restez chaud

La plupart des micros utilisés pour l’enregistrement des voix sont des micros cardioïdes riche en effet de proximité, ce qui accentue le rendu des fréquences basses. Mais quand une voix sonne un peu trop “maigre” un EQ paramétrique qui amplifie de 3 à 6 db sur une fréquence “balayée” au préalable entre 80 et 200 Hz devrait redonner un peu de chaleur. Je démarre avec une largeur de bande moyenne et si cela fonctionne, j’élargie la bande car en règle général c’est beaucoup plus musical, et j’affine l’amplification du gain jusqu’à trouver ce qui me plait. Certes cela peut apporter de la chaleur, mais faites attention à ne pas amplifier les résonances d’une mauvaise pièce. A choisir il vaut mieux un son moins chaud plutôt qu’accompagner d’une résonance gênante.

Un peu plus haut dans le spectre entre 200 et 350 Hz, le son peut paraitre un plus épais, mais trop exagéré, ces fréquences peuvent donner un rendu nasal ou encombré. Je préfère généralement atténuer ces fréquences, mais encore une fois dans certains cas cela peut être un plus de les booster.

La présence

Si vous cherchez plus de présence dans votre voix, vous pouvez essayer de balayer entre 2 et 5 khz. Comme pour l’exemple avant, je démarre toujours avec une bande pas trop large et une amplification de 3 à 6db pour trouver ce qui me plait. Attention à ne pas amplifier encore une fois les problèmes que peuvent causer une mauvaise piece. Attention aussi à ne pas amplifier la sibilance mais aussi les bruits de bouche qui peuvent être très présent dans cette zone. Dites vous bien que vous ne pourrez pas supprimer ces bruits avec un EQ.

Le bon micro

Si vous connaissez le micro qui a été utilisé pour l’enregistrement de la voix, vous pouvez alors mieux choisir les fréquences à amplifier. Par exemple le SM58 de Shure a une belle “bosse” au alentour des 5-6Khz. Auquel cas vous n’aurez pas besoin d’amplifier ces fréquences si vous enregistrez avec ce micro.

Mixage voix

De la même manière si vous avez l’habitude d’enregistrer la même voix, vous apprendrez à reconnaitre les caractéristiques de celle ci. Et si dans votre quête de présence vous êtes bloqué par la présence de sibilance, apprenez à utiliser un deesser. Si vous avez le moindre doute sur la fréquence à travailler, utilisez un analyseur de spectre qui vous indiquera les fréquences à atténuer. Car il n’y a pas de fréquence propre à ce phénomène.

Donner de l’air

Dans la zone au dessus de la sibilance, vous commencez à obtenir de “l’air”. La voix et le micro vont jouer un rôle determinant dans le rendu de cet air. Si le micro chute dans la partie aigu du spectre, vous aurez beau amplifier dans la zone des 12 kHz, vous n’aurez aucun résultat. Si le chanteur n’a pas une voix “aéré”, booster dans les aigus n’aura jamais le même rendu que le naturel. Cela peut être beaucoup plus difficile de stimuler cette zone que de travailler la chaleur ou la présence.

hpfshelf

Jusqu’a présent, toutes les corrections dont j’ai parlé, ont été faite avec un filtre en cloche dans une EQ paramétrique. Il peut être plus efficace d’utiliser un “High shelve” pour donner de l’air à une voix. Les pratiques peuvent être très différentes entre une voix parlé et une voix chanté. Dans les voix parlée, il n’y a en général que très peu d’air. Mais en musique, l’air dans une voix peut donner de très beau résultat. N’hésitez pas à tenter les trucs les plus dingues si cela fonctionne pour votre projet. Ne perdez pas de vue que chaque cas est différent, ce qui marche dans une situation ne marchera pas forcement dans une autre.

Je vous donne une technique pour donner de l’air dans une voix dans ce tutoriel : ici

Les harmoniques

Le principe des fréquences harmoniques peut bien évidement s’appliquer sur une voix. Si vous avez quelques chose qui vous plait dans les 120 hz, vous allez probablement apprécier ce qui se passe dans les 240 hz, 360hz etc…. Souvenez vous que l’amplification de fréquence peut également amplifier certains problèmes. Si vous aimez la sensation de chaleur dans cette zone des 120 hz mais que vous entendez un bruit en l’amplifiant, essayez de trouver une alternative dans les harmoniques de cette fréquence.

Le truc que nous connaissons tous avec les harmoniques, est d’amplifier toutes les fréquences harmoniques plutôt que de mettre un gros boost sur une seule fréquence. Pour adoucir une voix, ce procéder peut être intéressant.

Souvenez vous

Si votre voix sonne bien seule et moins bien dans le mix, vous aurez probablement besoin de la travailler. Mais n’oubliez pas avant de vous lancer, que vous pouvez intervenir sur les autres éléments et garder votre son de voix d’origine….

La suite dans la deuxième partie


8 Réponses

  1. smelodia dit :

    j’aime beaucoup ton article. vraiment c cool

  2. koko dit :

    Salut
    Si tu étais une fille je suis certains que je serai déjà amoureux de toi…
    Tu explique les choses .Excellent Nicolas

  3. kenzy dit :

    ta façon de faire les choses est unique merci bcp

  4. Michael dit :

    Vraiment intéressant comme la plupart de vos articles,
    J’y apprends énormément de choses, continuez comme ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Mixage
IVGI
Plugin IVGI de chez Klanghelm

Présentation du plugin gratuit de chez Klanghelm : le IVGI Téléchargez le ici : IVGI N'hésitez pas à poster vos...

noise gate
Comment créer sa reverb gate ?

Comment créer sa reverb gate ? Une astuce pour créer son propre effet de reverb gate, très efficace sur une...

Fermer