Le moment tant attendu ! nous allons enfin pouvoir entendre les sons qui se cachent sur cette bande…

Nous avons analysé le “track sheet” dans la précédente video, et nous avons pu  avoir une idée des instruments qui constitue ce morceau “Prettiest girls” de Gillie McPherson.

On en parle avec Serge dans les vidéos, il est évident que l’on ne prépare une séance de la même manière lorsque l’on a que 24 pistes en stock.  A cette époque, on prenait le temps de bien préparer son installation, ses placements de micros, le réglage des gains et autre chaîne de traitement quand il y en avait…

Tout ceci garantissait un résultat “parfait” presque prêt à être diffuser sur les ondes. Nous anticipions beaucoup sur l’étape du mixage et il fallait obtenir le maximum de qualité pour pouvoir mixer facilement. Voilà pourquoi, lorsque vous écouterez les pistes, vous vous rendrez compte qu’une fois toutes les pistes mises à plat, vous entendez déjà un “disque”.

Les consoles “in-line” permettait de pouvoir enregistrer une balance pré-établi sur la console pour pouvoir l’entendre à travers les pistes alimentées par le magnéto avec tous les faders de sortie à 0. Au final, il suffisait simplement d’ajouter quelques effets pour obtenir le mix.

Je vous invite à télécharger les fichiers que l’on étudie dans la vidéo, pour vous faire votre propre idée sur cet enregistrement d’époque. J’espère que cela vous inspirera pour appliquer cette philosophie dans votre propre environnement.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous recevrez les notifications des commentaires à venir par Email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans poster de commentaire.