Reportage

Dominique Blanc Francard

29 déc , 2017   Video

Rencontre avec Dominique Blanc Francard

Je ne saurai pas par où commencer pour vous présenter l’ingénieur du son français le plus réputé et sans doute le plus expérimenté qui soit. Dominique Blanc Francard est une légende du son, il a travaillé entre autres pour : Pink Floyd, T. Rex, Claude Nougaro, Nino Ferrer, Etienne Daho, Robert Palmer, Jean Louis Aubert, Rita Mitsouko, Stephan Eicher, Serge Gainsbourg, Camille, Benjamin Biolay, Raphaël, et beaucoup beaucoup d’autres…

En préparant cette rencontre et en essayant de répertorier le parcours de DBF (Dominique Blanc Francard) j’ai été subjugué par la quantité de disque qu’il a réalisé mais surtout par tout ce chemin parcouru avec pas moins de 50 ans de métier !

Je pourrai prendre le temps d’énumérer un à un tous ces projets, et tenter de vous faire une synthèse de sa biographie, mais le mieux est encore de vous inviter à lire son livre “it’s a teenager dream” pour mieux comprendre qui se cache derrière les manettes du studio Labomatic. Vous y découvrirez tous ce chemin parcouru depuis le studio Gaffinel fin des années 60, jusqu’au studio Labomatic aujourd’hui.

Dominique Blanc Francard

Ce que j’aime dans ce livre, au delà de tous les sujets qui y sont évoqués, c’est l’impression de revivre les grandes séances de studio auxquelles j’ai pu assister. Nous sommes littéralement embarqué par les anecdotes et la réalité de ce qui se passe dans tous les studios du monde. Ce livre est aussi accompagné d’un album du même nom dans lequel il utilise les méthodes d’enregistrement de l’époque des standards choisi pour l’album. De nombreux invités prestigieux se prête au jeu et la qualité est bien sûr au rendez vous.

Le plus incroyable est la simplicité mais aussi l’homme passionné qui aime transmettre son expérience et faire partager son vécu à travers les innombrables séances d’enregistrement qu’il a dirigé.

Il faut apprendre qu’il n’y a pas de règle, et pour apprendre il faut se forger sa propre expérience.

Dominique Blanc-Francard a évolué avec son temps, lui qui a commencé au studio ETA Gaffinel avec une seule piste, en passant par le mythique studio d’Hérouville où il voit passer dans ce studio Elton John, les Grateful Dead et les plus grands réalisateurs du moment, dont Tony Visconti. DBF à connu tant d’évolution technologique jusqu’à aujourd’hui. Aucun studio parisien n’a de secret pour lui (Davout, Ferber, plus 30…)

Pour lui rien n’est plus important que la source, peu importe les moyens que l’on possèdent, l’important c’est la source.

En fait c’était exactement le contraire, et ce sera confirmé par tous les clients que nous aurons vu défiler au studio. Le son de la guitare ne va pas ? On change de guitare. Si au bout de cinq guitares différentes le son ne va toujours pas, on change de guitariste. Et dès que l’on obtient un son qui va dans la direction souhaitée, on le travaille légèrement avec le reste de la chaîne technique et on passe à autre chose. J’ai appris aussi et surtout ce jour-là que le son idéal est un mélange savant entre le son de l’instrument, la façon dont il est joué, l’endroit où il est placé, et en dernier lieu, le micro et préampli utilisé. Il m’aura fallu presque dix ans pour faire cette découverte fondamentale, qui reste encore d’actualité aujourd’hui.

Tout ceci nous prouve que pour faire de bon disques il faut avant tout faire de la bonne musique et trouver le moyen de véhiculer des émotions. La technique importe peu, il faut apprendre à écouter.

L’album : Dominique Blanc-Francard et al. It’s A Teenager Dream (Parlophone/ Warner) 2016

Le livre : Dominique Blanc-Francard et Olivier Schmitt It’s A Teenager Dream : itinéraire d’un ingénieur du son (Le Mot et le Reste, dist. Harmonia Mundi) 2016

Page Facebook du studio Labomatic
Site officiel du studio Labomatic

Photos : http://ernould.com/

,


56 Réponses

  1. Lock dit :

    je suis completement d’accord pour le “délire” de directement changer les sons à la source, la guitare, le guitariste, etc.

    Mais quand tu débutes, il faut savoir “réparer” les défauts au mixage, c’est pas tout le monde qui va te faire confiance, t’écouter et te laisser modifier leur source.

    • le mixage n’est pas là pour “réparer” les erreurs d’une prise de son. Quand on débute, c’est important de comprendre l’importance d’une bonne prise de son ou du moins une prise de son qui correspond à la demande des artistes. C’est dans ce sens que l’on gagne leur confiance.
      Il est vrai que dans la pratique, nous n’avons pas toujours le luxe d’avoir ce que l’on veut au départ et il faut jouer d’habilité pour obtenir le résultat voulu…

  2. Anonyme dit :

    C’est vrai qu’il est passionnant ce reportage.

  3. Mondou Adoue dit :

    Bravo très bien……des images que l’on ne voit pas ailleurs

  4. C+ dit :

    Un entretien passionnant avec un monsieur talentueux. Merci beaucoup !

    Mais quel est ce préampli à 2 ou 300 euros qu’il a monté lui-même ?

  5. StudiO'Feels dit :

    Merci beaucoup pour ce partage d’expérience. C’est une bien belle opportunité de pouvoir voir et entendre ce grand monsieur qu’est DBF. Bravo à lui et merci à toi Nicolas, Devenir Ingeson pour ta démarche.

  6. Xavier Aubert dit :

    Terrible et encore bravo Nicolas !!!!

  7. cela fait plaisir de voir des amoureux du son décrire leur parcours….le monde de l’audio en France n’a rien à envier aux anglo-saxons ,certes tout est parti d’outre atlantique et d’Angleterre , mais arrêtons d’être complexé …le French sound existe ….Bravo Nicolas Eschalier pour cette belle initiative !

  8. Bonjour,
    Merci pour cette belle rencontre enrichissante et inspirante.
    Et bravo une fois de plus pour la qualité de ces vidéos auxquelles tu nous habitues…!

    Cordialement,
    Christophe Berly – Studio SLC

  9. Serge Fernex dit :

    Super interwiew ..comme toujours!

  10. Gilles PRÉNERON dit :

    Merci Nicolas Eschalier pour cette & ces interviews de grands noms de la prise de son. A l’écoute de leurs parcours, je replonge dans l’atmosphére magique des studios qui ont bercés mon enfance ainsi que les enseignements de mon père.

  11. Très instructif comme toutes tes interviews d’ailleurs Nicolas,bonne idée que tu a eu la,merci aussi à Dominique,(comme je lui ai dit en mp) j’ai appris des choses avec cette vidéo comme on en apprend toujours quand on écoute attentivement des gens qui ont vécus plein d’expériences enrichissantes et qui ont la volonté de partager cela avec d’autres.Bonne année à tous et plein de beaux projets pour 2018.

    • J’imagine Nicolas,on en apprend plus avec des gens d’expérience,et ce dans tous les domaines,qu’à l’école.J’ai été content d’entendre Dominique comme tous les autres ingés son que tu a interviewer jusque alors.On voit que ce sont des passionnés et qu’ils ont envie de transmettre ça fait plaisir vraiment.

    • C’est bien vrai la réalité de ce métier n’est pas dans l’école mais bien sur le terrain, tous ces témoignages le prouve bien ! On est tous animés par la même passion, et plein d’autres vont venir compléter la collection !

    • Super,je suivrais ça avec beaucoup de plaisir,j’ai toujours été fan de l’ambiance des studios,la vie a fait que j’ai suivis un autre chemin mais heureusement j’y reviens.Encore bravo pour cette idée Nicolas.

  12. good job ! je me demande quels sont les preamps en kit dont il parle ? une idée ?

  13. Il n’était pas sur France inter si je me souviens et de vrais bonne émission

  14. Très instructif et réconfortant sur le fait de dire qu’il n’y a pas de règles bien precise

  15. Xavier Marboeuf dit :

    Très belle leçon de simplicité de la vie mais surtout de la passion de son métier.
    J’ai également bu ses paroles entièrement.
    Merci Nicolas de nous avoir offert ce cadeau de fin d’année

  16. Quelle belle leçon d’humilité de ce grand Monsieur qu’est DBF (lui qui a tout connu) quand il explique avoir “les poils” pour un instant privilégié de musique. Car oui c’est ça la musique, une émotion. Et le plus fort, c’est d’arriver à la capter pour la partager.
    On a tellement à apprendre de ces personnalités.
    Merci Nicolas pour ce moment de partage.

  17. Fred S dit :

    Une parole passionnante, mais bon sang les gars, prenez un vrai inge son pour enregistrer la voix de ce monsieur!!!
    Le mauvais cravate mal placé lui donne une voix fatiguante à écouter…

  18. Ludo Bgnt dit :

    Encore un épisode très intéressant, merci !

  19. C’est vraiment génial! Merci Nicolas Eschalier! Bonne année à tous.

  20. SOLLIET Julien dit :

    Interview Passionnante!! Merci!

  21. Jean Loup M dit :

    Très intéressant ! Très Drole les débuts ou on lui demande s’il sait faire du montage avec les bandes !!
    C’est exactement ce qui m’est arrivé et comme dit Dominique pour la suite être la bonne personne au bon moment fait parfois une carrière.
    Bonne nouvelle année à tous

  22. Gerald Kuentz dit :

    Mais quel bonheur d entendre ce monsieur. On se sent tout petit en l ecoutant. Merci DBF !
    Et merci Nicolas Eschalier pour tous ces moments

  23. Mathis Perso dit :

    formidable merci !

  24. Phil Soundrec dit :

    Merci, Nico pour cette super interview de DBF……

  25. Serge Fernex dit :

    Super…. Bravo pour ton travail…. Et merci pour ces rencontres !! Tout le meilleur pour la nouvelle année !!

  26. Tu vas te régaler !

  27. Julien Maille dit :

    Merci Nicolas Eschalier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous recevrez les notifications des commentaires à venir par Email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans poster de commentaire.

Plus dans Reportage
Studios-de-la-Chine-controlRoom001background
Le Studio de la Chine

Le Studio de la Chine Je vous invite à la découverte du studio de la Chine représenté par Hubert Montoya...

65183
Rencontre avec Pierre Jacquot

Rencontre avec Pierre Jacquot Je vous invite à la rencontre d’une grande personnalité du son français : Pierre Jacquot. J’ai...

Fermer