La révolution du numérique

L’arrivée du numérique a été une avancée gigantesque dans notre manière de travailler puisque nous avons totalement abandonnée les magnétophones à bandes au profit de l’enregistrement sur disque dur. Il y a bien sûr de nombreux avantages à travailler en numérique, mais aussi quelques inconvénients. Pour pouvoir profiter au maximum de la qualité du travail en numérique et surtout retrouver le réalisme des bandes, il faut avoir de bon convertisseurs. Dans cet article, je vais vous expliquer ce qu’est un convertisseur analogique-numérique et numérique-analogique, ainsi que la base de leur fonctionnement.

Vous avez sûrement déjà entendu parler de convertisseur sous leur surnom : A-D, D-A, DAC ou même d’interface audio ou carte son. Ils font tous essentiellement référence à un dispositif électronique qui convertit le signal analogique en signal numérique. L’idée est que la conversion soit effectuée aussi précisément que possible afin de préserver les caractéristiques d’origine de la source enregistrée. Ils peuvent être plus ou moins polyvalents dans le sens qu’ils offrent généralement une large gamme d’options de débit d’échantillonnage et de débit binaire généralement choisies au cas par cas, mais peuvent aussi parfois dépendre de l’espace de votre disque disponible ou de la puissance du processeur de la machine.

Comme nous l’avons vu dans les articles sur les microphones, nous savons qu’ils convertissent l’énergie acoustique en énergie électrique tout ceci amplifié avec un préamplificateur de microphone. La conversion analogique-numérique est similaire en ce sens qu’elle convertit l’énergie électrique de la sortie du préampli du microphone en données numériques pouvant être stockées sur le disque dur d’un ordinateur. La conversion numérique-analogique est l’exact processus opposé en ce sens qu’elle reconvertit les données numériques au format analogique. De nombreuses variables déterminent la qualité du signal numérique, notamment le taux d’échantillonnage, la résolution en bits et le format de fichier.

L’échantillonnage

La fréquence d’échantillonnage est la quantité d’échantillons prélevés du signal. La façon dont nous mesurons cela est en hertz par seconde. La fréquence d’échantillonnage standard utilisée pour le format CD est de 44,1 kilohertz, soit 44 100 échantillons par seconde. Les taux d’échantillonnage couramment utilisés dans les studios professionnels sont 44,1, 48, 88,2, 96 et 192 kilohertz. Plus le taux d’échantillonnage est élevé, plus le nombre de clichés pris est important, ce qui permet d’obtenir une représentation plus précise de la forme d’onde audio.

Les inconvénients sont que les fréquences d’échantillonnage plus élevées génèrent une taille de fichier beaucoup plus grande et nécessitent également davantage de puissance de calcul. La profondeur de bits est une référence à la quantité de bits qui représente un échantillon. Le format de CD standard est 16 bits. Il est très courant d’enregistrer un projet à un échantillon et à un débit binaires supérieurs, tels que 96 kilohertz 24 bits, afin que la dégradation de la qualité lors de la conversion au format CD soit minimale. À mesure que la technologie évolue, nous sommes en mesure d’enregistrer en 32 bits et plus, ce qui augmente la qualité mais aussi la taille des fichiers.

Les convertisseurs

Les fichiers numériques

Il existe de nombreux formats de fichiers audio. Lorsque vous travaillez sur un projet, vous utilisez principalement des fichiers non compressés, qui sont des fichiers en pleine résolution. Les plus courants sont .WAV et .AIFF. Le format WAV est peut-être le format le plus répandu en raison de la possibilité d’incorporer des métadonnées dans les fichiers numériques. AIFF est principalement connu pour être utilisé sur les ordinateurs Mac. Hormis la différence de certaines caractéristiques, la qualité audio est identique entre les deux.

Les formats compressés courants sont MPEG, MP3, FLAC et le “Apple Lossless Audio Codec”. La création d’un fichier audio compressé s’explique par la nécessité de réduire la taille du fichier pour une utilisation sur le Web ou par un utilisateur afin d’économiser de l’espace sur son disque dur. En règle générale, ceux-ci subissent une perte de qualité car ils ont des taux d’échantillonnage et de débit plus faibles. Seul les fichiers FLAC et Apple utilisent un codec spécial qui préserve autant que possible la source originale, tout en réduisant efficacement la taille du fichier.

Les colorés

Outre les variables ci-dessus, il existe également les unités A-D et D-A elles-mêmes qui ont un effet majeur sur la précision de la conversion du signal. La plupart des convertisseurs sont conçus dans le but d’être aussi transparents que possible, mais il existe d’autres produits qui sont loin de l’être au contraire.

Un grand nombre d’ingénieur du son préféreront toujours le son de leurs anciens magnétophones, et sont d’accord pour dire qu’ils ne rivaliseront jamais avec les avantages liés au travail en numérique. Des sociétés telles que Crane Song et Burl Audio se sont lancées le défi de créer des produits destinés à ceux qui souhaitent obtenir une couleur analogique à travers leurs convertisseurs.

Quelques convertisseurs :

En 2002, Digidesign, maintenant Avid, a publié ses convertisseurs HD capables de gérer des fréquences d’échantillonnage de 96 et 192 kilohertz. La 192 était la version la plus populaire et est encore utilisée dans de nombreux studios aujourd’hui. Ces convertisseurs n’ont été remplacés qu’en 2011, lorsque Avid a lancé la nouvelle ligne HD I / O.

Les gammes de convertisseurs Aurora 8 et 16 de Lynx Studio Technology sont apparues en 2005 et ont placé la barre plus haute en termes de transparence et de qualité. Le concept original de l’Aurora a débuté en 2002, lorsque les concepteurs Bob Bauman et David Hoatson ont beaucoup travaillé pour associer le nombre élevé de canaux de la carte AES16 à la qualité du convertisseur Lynx 2. Ce produit avait beaucoup à offrir, puisqu’il comportait jusqu’à 16 canaux d’E / S analogiques et numériques dans une seule unité de rack. Il permettait également de relier plusieurs unités pour obtenir un nombre de pistes plus élevé, tout en offrant plusieurs options de connectivité. Cette unité était un autre cheval de bataille du secteur qui a régné pendant 12 ans sans version de remplacement jusqu’à la récente publication du modèle Aurora N.

Les convertisseurs

Le propriétaire et concepteur de Crane Song, Dave Hill, a cherché à plaire aux amoureux de l’analogique en fournissant un convertisseur de mastering à deux canaux avec des options de couleur variables appelé The HEAD, qui est l’abréviation de Harmonically Enhanced Digital Device. Au début des années 2000, la première version de la HEAD est devenue disponible et ne pouvait fonctionner que jusqu’à 48 kilohertz. Au fil des ans, il a mis à niveau plusieurs composants internes, ce qui rend les versions actuelles capables de fonctionner à 192 kilohertz. Les caractéristiques qui ont rendu ce convertisseur si populaire sont sa capacité à ajouter trois types de saturation différents. Triode, pentode et bande. Chacun a un potentiomètre variable qui vous permet de personnaliser la quantité de saturation, ainsi qu’un commutateur de dérivation qui supprime complètement ce processus, vous laissant ainsi avec un convertisseur de son transparent.

Burl Audio est une autre marque qui impressionne de nombreux professionnels avec ses convertisseurs A / N équipés d’un transformateur et offrant une qualité tonale similaire à celle d’un magnétophone à bande.
Rich Williams est le propriétaire et le concepteur de Burl Audio. En 2003, il avait précédemment conçu le convertisseur de mastering 2192 pour Universal Audio. Grâce à cette expérience, il a eu l’idée de créer le convertisseur ultime capable de fournir des caractéristiques tonales similaire à celles d’un magnétophone à bande. Cela a donné le convertisseur analogique-numérique B2 Bomber à deux canaux. Ce convertisseur dispose de transformateurs d’entrée personnalisés offrant un rendu sonore unique.

Le B2 est un autre convertisseur numérique-analogique conçu pour être transparent, de sorte qu’il ne dispose pas de transformateurs. Grâce au succès de ces convertisseurs, Burl Audio a créé et développé un convertisseur multicanal extensible, connu sous le nom de The Mothership, qui a été extrêmement bien accueilli par les professionnels.

Les convertisseurs

Un court résumé pour vous présenter quelques machines célèbres mais surtout pour vous faire comprendre l’importance de la qualité d’un convertisseur dans votre studio. Ce dernier doit être choisi avec soins selon leurs utilisations et la configuration de votre studio. Vous ne pourrez apprécier la qualité de vos micros ou de vos machines externes sans un convertisseur professionnel.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous recevrez les notifications des commentaires à venir par Email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans poster de commentaire.