1912250_741814252517699_1042260803_n

Le son

Compresseur audio

20 oct , 2017   Gallery

Le compresseur audio

De nombreux instruments ont tendance à être très dynamiques et lorsqu’ils sont enregistrés, ils peuvent donner lieu à de grande amplitudes de note, certaines très fortes et d’autres très faibles. On pourrait imaginer suivre le volume de chacune de ces pistes à travers la course des faders de notre console, mais même avec un très bon système d’automation, cette tâche pourrait s’avérer très longue et très compliquée. C’est ici que rentre en scène le compresseur. Il est utilisé pour restreindre la dynamique d’un signal audio, ce qui facilite la recherche d’un niveau plus stable dans votre mixage.

Voici le schéma d’une onde sonore enregistré sans compression et avec compression :

 

 

Comme vous pouvez le voir, en appliquant la compression, la gamme dynamique de cette onde à été réduite. Dans l’onde originale, la différence entre l’amplitude la plus faible et l’amplitude la plus forte est d’environ 15 dB. Après application de la compression, la dynamique n’est plus que de 5 dB. Ce qui se passe, c’est que le compresseur détecte et compresse les sons les plus forts sur l’onde. Après avoir compressé ces sons plus forts, je peux alors relever tout le niveau de l’onde, de façon à ce que les notes faibles et fortes soient mises à niveau dans le reste du mixage.

Le seuil :

Les compresseurs, comme tous les processeurs de dynamiques, fonctionnent en mesurant l’amplitude d’un signal entrant par rapport à un point de réaction que l’on doit définir pour indiquer au compresseur quand il doit commencer à fonctionner. Ce point de réaction est appelé le seuil ou threshold.

Repensez à notre exemple de regarder la télévision et de baisser le volume lors de la publicité. Nous avons tous notre propre seuil qui nous indique quand un son est trop fort et qui nous obligera à saisir la télécommande pour baisser le volume. Ce niveau de volume est notre seuil. Le seuil qui est en fait le composant le plus important de tout processeur de dynamique.

Dans un compresseur, un niveau de signal au-dessus du seuil provoquera la déclenchement du compresseur, tandis qu’un niveau de signal inférieur reste inchangé. Si on prend l’exemple d’un compresseur d’une DAW, la valeur du seuil est mesurée en dBFS. Par conséquent, une valeur de 0 dBFS signifie que le seuil est au niveau maximum que tolère le numérique et ne peut donc pas aller plus haut. Le niveau de seuil diminue lorsque vous le descendez dans les valeurs négatives.

Par exemple, un réglage de seuil de -20 dBFS entraînerait la réaction du compresseur à tout signal dont l’amplitude est mesurée à plus de -20 dBFS jusqu’à 0 dBFS. Par conséquent, un signal de -10 dBFS pourrait déclencher une réaction dans le compresseur, alors qu’un signal de -25 dBFS ne le ferait pas.

Nous verrons par la suite que suivant où l’on place ce seuil, nous pouvons obtenir différent rendu sur une onde. Encore une fois, il faudra faire confiance à ses oreilles pour obtenir ce que l’on souhaite.

Le ratio :

Nous venons de voir que le seuil d’un compresseur détermine le point à partir duquel le compresseur s’active. Ensuite intervient un autre paramètre qui va déterminer la quantité de compression à appliquer. Ce paramètre est appelé ratio. Le contrôle du rapport d’un compresseur détermine le niveau d’atténuation d’un signal au-dessus du seuil et est généralement exprimé en un nombre supérieur à 1, par exemple 4:1. Voici un graphique appelé courbe de transfert, qui représente le mieux le principe de compression entre un signal d’entrée sur l’axe X et un signal de sortie sur l’axe Y.

ratio1

 

Le knee, appelé genou, est le point à partir duquel la réponse du compresseur devient non linéaire. C’est à dire que l’entrée et la sortie ne correspondent plus car le compresseur est en train de réduire le gain de tous les signaux au-dessus du seuil de la quantité définie par le ratio. Un ratio de 1: 1 signifie qu’aucune compression n’a lieu. Des ratios plus élevés, créent un knee plus agressif ou même un volume de niveau de sortie “horizontal”. Le moyen le plus simple d’évaluer votre ratio est d’inverser les nombres et de le traiter comme une fraction. Un ratio de 4: 1 retourné dans une fraction serait 1:4. Ainsi, chaque signal qui dépasse le seuil est réduit d’un quart de son niveau d’entrée d’origine.

Prenons un exemple où le seuil est de -20 dBFS et le rapport du compresseur est réglé sur 2: 1. Avec un seuil fixé à -20, un signal d’entrée à -25 ne dépasse pas le seuil, donc aucune compression n’est appliquée. Si le signal d’entrée est de -10 db, c’est-à-dire 10 dB au-dessus du seuil, à raison de 2: 1, le dépassement de 10 dB est de moitié à 5 dB, de sorte que le niveau de sortie est de -15 dBFS. Si le niveau d’entrée est augmenté encore plus, à -5, le niveau de sortie serait -12.5. Pourquoi? Parce que le signal d’entrée est 15 dBs au-dessus du seuil et la moitié de cela est 7.5. Ajoutez la valeur de seuil de 7,5 à -20 dBFS pour obtenir -12,5.

 

Un ratio de 2: 1 est considéré comme une compression plutôt soft. Les compresseurs avec des rapports de 10: 1 et plus offrent une compression beaucoup plus forte et vont même travailler différemment et joueront le rôle d’un limiteur.

Même si ces schémas et explication théorique peuvent faire peur, souvenez vous que le plus important est de faire travailler ses oreilles. Il est évident que tous ces calculs n’ont plus d’importance dans le travail de mixage.

, ,


10 Réponses

  1. Lysimaque dit :

    Bonjour Nicolas,
    Merci pour vos explications.
    Je viens d’acquérir un preamp UA 710 twins qui sera couplé avec un AKG P820 tube.. Afin d’obtenir une clarté à la prise de voix (tous types de variétés) je me demande est-ce qu’il serait nécessaire d’ajouter à la chaîne un compresseur/limiter.. si “oui” pouvez-vous me dire/conseiller lequel se marira le mieux avec mes éléments ?

    • Bonjour,
      C’est toujours un peu délicat de choisir des machines pour obtenir tel ou tel type de rendu. Dans votre cas, étant donné que vous avez un micro à lampe et un préampli hybride, j’opterai plus sur un compresseur du type VCA ou FET qui sera peut être plus “transparent” et efficace car trop de lampe peut parfois donner un rendu un peu “flou”.
      Il existe des grands classique, cela dépend du budget, mais des compresseurs Avalon (réputé pour leurs transparences), DBX ou encore le 1176 (plus typé) seront des bons compléments pour des voix en prise comme en mix…

  2. Faulmann dit :

    Bonjour Nicolas,
    Merci pour ce site et les renseignements que vous transmettez, j’apprends beaucoup et efficacement.

    Bonne continuation !

  3. ludovic dit :

    merci pour ce précieux aide

  4. maillard dit :

    Merci pour ces explications sur le compresseur, c’est bien expliqué et utile

  5. merci Nico , tes infos sont precieuses .
    j’ai parlé de tes competences et de ton agreabilité aux musiciens qui m’entourent .
    nous retravaillerons ensemble a l’avenir j’en suis certain .
    en attendant ce moment , bon courage pour tout ce que tu fais .
    n’hesite pas a envoyer tes infos perso ou studio

    au plaisir de se revoir

    Michael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Le son
niveau1
Les processeurs de dynamique

Les processeurs de dynamique Nous avons vu dans le précédent article comment était constitué un signal et de plus particulièrement...

Placement et réglages de vos enceintes
L’amplitude et la dynamique

L'amplitude et la dynamique Avant d'entrer dans le détail des rouages sur les processeurs de dynamique tels que les compresseurs,...

Fermer