fbpx

Il y a quelques temps, j’ai le plaisir de partager une séance d’enregistrement avec Sebastien Camhi, ingénieur du son et gérant su studio Art Music situé dans le département du Var. Il m’a fait part de sa passion du matériel et autres “geekeries” en tout genre, mais il m’a surtout confié qu’il trouvait qu’on ne parlait pas suffisamment de prise de son en studio et de tout ce que cela comporte. Car nous savons bien qu’une bonne prise de son ne s’arrête pas seulement à mettre un micro devant un instrument. Cela demande une certaine réflexion mais aussi un certain un sens artistique.

Sebastien Camhi au Studio Art Music

Sebastien m’a donc proposé de nous faire partager son approche sur l’enregistrement d’une production métal, et j’ai trouvé génial de pouvoir vous exposer tout ça ici. Nous travaillerons pour cet exercice avec le groupe Akiavel, qui a toute l’expérience nécessaire pour nous fournir le “gros” son.

Vous pourrez télécharger la session du titre pour pouvoir mettre un son sur ces textes et ces images. Surtout n’hésitez pas à poser vos questions à Sébastien, il se fera un plaisir de vous y répondre !

La grosse caisse

L’enregistrement de la grosse caisse est très particulier dans le metal, car c’est rare que l’on conserve le côté “acoustique” du son. Il est très souvent “triggé”, c’est à dire que le son est remplacé ou complété par un sample.

Le batteur d’Akiavel tenant au son acoustique de sa batterie (marque Lalite custom shop) j’ai décidé d’extraire 7 samples du micro placé à l’intérieur de la grosse caisse, 7 du micro extérieur et également 7 overheads et 7 rooms (stéréo).

Ensuite nous avons équipé la batterie de peaux «mesh» (muettes), afin que le son de la grosse caisse reste totalement cohérent avec son environnement acoustique. Cela permet de garder l’unité du kit et de mixer par la suite la room sans être «polluée» par le reste,  notamment par les tapis de double pédales typique dans ce style de musique.

Le limiter waves (plug in) a été ajouté lors de l’export des samples pour contrôler de manière plus radicale les transitoires de la grosse caisse. 

Eq Garw492
Eq Garw492

Kick IN ( placé au centre du fut ) shure sm91 >  Neve1073lb > Eq Garw492 Antelope orion 32+ gen 3 > waves limiter l1

Kick OUT ( 50 cms ) griffon GMT49 > Neve 1073lb>No eq > no comp > antelope orion 32+ gen3 

La caisse claire

IGS576

L’enregistrement d’une caisse claire dans ce style de musique est assez complexe car il y a de gros écarts de dynamique entre les passages lent / mid tempo et ce qu’on appelle le “blast beat”. Même si le batteur gère sa frappe, j’ai préféré rajouter une compression au 1176 pour calmer quelques uns des passages les plus puissants (ce qui en plus donne un grain très agréable).

Le confort de jeu étant quelque chose de primordial, après avoir essayé 4 ou 5 snares différentes, nous avons finalement fait le choix d’une Tama supraphonic avec une peau Evans hybrid. La direction artistique souhaitée, mélangée au confort du musicien nous a confortés dans ce choix. La caisse claire sera samplée pour le mix en mélangeant les micros de la peau et du timbre pour le côté proximité, mélangé avec le son provenant des overheads et des micros d’ambiances du studio.

Le sample servira de soutien au son d’origine pour lui donner plus de précision dans le mix.

Snare top : Se electronic V7x > preampli IGS NE573 > EQ Tube Tech PE1C > compression IGS 576 > Antelope Orion 32+ Gen3

Snare bot : Shure KSM 141 > preampli IGS 573 > no EQ > No comp > Antelope Orion 32 + gen 3

EQ Tube Tech PE1C

Les Toms

Le cas de la batterie metal est encore une fois assez particulier pour cet élément, les toms sont souvent nombreux, proches des cymbales et rarement frappés très fort (à cause de la vitesse des tempos). C’est pour cela que le principal objectif est de réduire au maximum la repisse des cymbales en essayant divers placements et en approchant les micros de la peau. Il est vrai que l’effet de proximité est particulièrement présent et peux dénaturer le son naturel du tom. Un bon eq peut aider à rattraper la chose.

La Philosophie d’equalisation pour ma part est proche de celle de la grosse caisse, j’élimine des fréquences dans le bas médium pour enlever le « mud » quelques dbs en moins dans les mediums pour un effet plus loudness et j’ajoute du haut pour la précision. J’ai remarqué que choisir des fréquences communes (ou proches) aux toms médiums m’aidaient à garder une unité au mix. D’ailleurs, il m’arrive très régulièrement de les mixer dans un seul bus commun. 

Dernière étape, après l’enregistrement, toutes les pistes toms sont nettoyées une à une et ne seront « ouvertes » que lorsque le tom joue, en contrôlant manuellement son sustain par une automation (un peu comme on pourrait le faire avec un noise-gate, mais le côté manuel m’aide à être plus précis).

OVERHEADS

L’enjeu des overheads est particulièrement important dans ce style, les fûts étant très souvent soutenus par des samples. Les overheads sont donc la clé pour garder « la vie » et les nuances du jeu du batteur. Vu la largeur du kit et sa parfaite symétrie j’ai opté pour un placement type « ORTF » (pour les micros principaux) et j’ai rajouté 2 autres micros identiques sur les cotés pour bien couvrir toute la “forêt” de cymbales.

Couple ORTF avec 2 GMT12

Pourquoi cette technique ? L’ORTF est connue pour être ce qu’il y a de plus proche de ce que nous entendons réellement, et ne pose que très peu de problèmes de phase grâce à la proximité des micros/capsules entre eux/elles (17 cm env). Il est important de noter que les 4 overheads sont tous à la même distance du centre de la caisse claire (environ 120/130cm) 

GMT12
Overheads avec GMT12

Par habitude, je boost avec un EQ pultec (doux et à tube) vers 12 ou 16 khz (selon le cas) et je coupe vers 60 ou 100hz. Le tout part dans un compresseur stéréo (type ssl) pour contrôler les éventuels transitoires de caisse claire (environ -5 db de réduction). Je règle le compresseur en 50/50 dry/wet pour le réalisme (voir photo). 

En ce qui concerne les hi-hats et les ride, j’essaie de positionner les micros de maniere a optimiser le plus possible la rejection de la caisse claire tout en visant quelques cm au dessus de la zone de frappe de la baguette. A l’eq je nettoie bcp de bas-mid et de mid et je cherche la pointe d’aigue qui pourra renforcer leurs positionnement dans les overhead. ( pas de boost trop radical pour ne pas trop dénaturer les cymbales) 

Overheads : Griffon microphone gmt-12 x 4 > igs 573 pre > igs rubberband rack > igs s-type buss comp > antelope orion 32+
Hi-hats > oktava mk-012 > soundcraft 8000
Ride > akg se300b +ck91

ROOMS

Les micros room bien que moins présents dans les musiques dites “extrêmes” ont tout de même un énorme rôle à jouer. C’est ce qui va donner “la colle” au kit et qui créera cette notion de “réalisme” malgré un mix souvent très “in your face”.

Micros ROOM

Habituellement j’utilise des GMT-12 pour mes rooms mais ces derniers étant tous sur les Overheads (x4) j’ai eu l’idée de me tourner vers les “Verge” de Antelope. Malgré mes 184 Neumann, mes oktava et autres shure KSM 137… Je me suis dit qu’il serait intéressant d’avoir le choix plus tard, au mix, de la couleur de ma pièce. Si vous ne le saviez pas, les micros Antelope sont des micros à modélisation, ce qui signifie que le signal enregistré est “neutre” et que par un simple plug in sur la tranche concernée, vous pouvez choisir, post prise, quel micro ou du moins quelle coloration vous souhaitez. Antelope propose de mémoire une dizaine de modélisations ! Génial non?

Les micros seront pour ma part orientés face au kit mais pointés au dessus du kit car d’une manière générale je n’aime pas récupérer la source en direct. En troisième micro, pour le fameux “MONO” room mic j’ai utilisé le Fuzzyphone de chez Griffon microphone, ( pointé vers le fond de la piece, dos au kit)  ce micro a la particularité d’avoir un potard à l’arrière permettant de doser le taux de saturation du Germanium présent à l’intérieur et de créer un effet “démoniaque/saturé”, un bon EQ et une compression abusive (1176 avec au moins 20 db de réduction) permet de créer une “glue” supplémentaire et un enrichissement harmonique de l’ensemble du kit.

Antelope Verge x2  >  IGS573 pre > EQ soundcraft 8000 > Orion 32 + gen 3+ Griffon Microphone Fuzzy phone > General audio research GAR 134 > EQ General audio research W492 > Urei 1178 > Orion 32+ gen 3 ( HD ) 

Téléchargez les fichiers ici : http://bit.ly/2XEjv4w

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous recevrez les notifications des commentaires à venir par Email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans poster de commentaire.

"Construire son Home-Studio et s'enregistrer"

Téléchargez le dés maintenant !
Dans ce guide, vous trouverez plein de conseils et d'astuces pour construire votre home studio idéal, et pouvoir produire de la musique dedans !
Vous pourrez vous désabonner à tout moment en cliquant les liens de désabonnement en bas de nos emails, ou sur simple demande.
Construire son Home Studio
close-link
Avant de partir !
Abonnez vous à la Newsletter
Vous recevrez toutes les dernières infos sur le blog :
les articles, les vidéos, les événements...
Rester à jour !
Vous pourrez vous désinscrire à n'importe quel moment.
close-link

Abonnez vous à la newsletter :

Recevez toutes les infos du blog, articles, vidéos, événements...
Je m'abonne !

Send this to a friend