Gérer les fréquences graves de vos mixages

Mixage

Gérer les fréquences graves de vos mixages

13 août , 2016  

C’est sans doute la zone de fréquences la plus délicate à manipuler pour tous les ingénieurs du son. Ce sont dans ces zones là, que l’on va rencontrer le plus de problèmes, souvent dû à de mauvaises acoustiques et parfois même à cause de mauvais systèmes d’écoutes. Mais aussi parce que beaucoup d’énergie vont ce concentrer dans cette zone… Obtenir de bon grave est un élément crucial pour faire un bon enregistrement !

Pour vous aider à obtenir de meilleurs graves, la première chose à faire est de comprendre d’où viennent les problèmes et la seconde est de savoir ce que vous pouvez faire pour les corriger.

Pourquoi le grave est si difficile à gérer ?

Pratiquement tous les studios du monde même les plus professionnels ont des amplifications et des atténuations significative dans les basses fréquences. Cette réponse en fréquence naturellement biaisée peut rendre presque impossible pour un ingénieur du son, le fait d’évaluer de façon fiable si les graves retentissent de façon équilibrée et puissante sur tous les systèmes.

Gérer les fréquences graves de vos mixages

Pour compliquer la chose, nous utilisons pour la plupart des écoutes de proximité qui restitue très peu les fréquences graves. Dans certains studio ces moniteurs sont complétés par des écoutes plus « larges » qui vont fournir des fréquences plus extremes mais souvent avec des résonances trompeuses.

 

Cette question d’incertitude sur ces fréquences se manifeste de façon prévisible chez les homes studistes. Beaucoup auront tendance à exagérer les graves rendant les mix moins puissants que ce qu’ils pourraient être, avec souvent des amplifications ou des attenuations significative à des endroits spécifique du spectre causés par des repères trompeurs des écoutes et de la pièce.

Il est important de comprendre que ce phénomène n’est pas la faute de l’ingénieur du son. Bien souvent, les choses sont faites correctement, si ce n’est que ce dernier ne fait qu’adapter les graves du mix à l’environnement dans lequel il se trouve. Le problème est que d’adapter un mix à un environnement précis, ne va pas le rendre aussi efficace sur d’autres systèmes d’écoute.

Comment gérer ces problèmes ?

A moins de faire appel au meilleurs acousticiens et de se faire une cabine de mixage au top, il est difficile de corriger efficacement ces problèmes de repartition du grave.

Gérer les fréquences graves de vos mixages

La première chose à faire pour améliorer votre studio, serait de placer des « bass traps » dans chaque recoin de votre pièce avec le maximum de taux d’absorption possible. L’idée est de transformer chaque angle de votre pièce en une sorte de zone d’absorption maximal de votre son. Ainsi les résonances grave indésirables en serait réduites.

Il est évident qu’il vous faudra un système d’écoute fiable dans cette zone. La réponse en fréquence devra être la plus linéaire possible.

1. Connaitre sa zone d’écoute

Gérer les fréquences graves de vos mixagesMême avec une bonne quantité de traitement acoustique, vous ne ferez qu’atténuer les problèmes et non les supprimer. Le meilleur moyen d’être plus efficace dans la gestion de vos graves est encore de bien connaitre votre zone d’écoute. Un simple micro d’analyse et un logiciel comme « REW » suffiront pour vous donner des informations précises sur le comportement de votre studio. En sachant où sont les zones à problèmes, vous pourrez prendre de meilleures décisions sur la gestion de vos graves.

2. Utiliser des références pour vos graves

Un moyen simple de faire connaissance avec votre pièce et vos écoutes et d’écouter des références du commerce. Réunissez vos titres favoris avec bien sûr des basses bien présentes, pour vous aider à mieux entendre comment votre pièce réagi. N’hésitez pas à vous déplacer dans votre studio pour entendre comment le grave « bouge ». La réponse en grave peut considérablement changer suivant la position ou vous vous trouvez dans votre studio.

Ne perdez pas de vue que les basses d’un mix peuvent être différent d’un morceau à l’autre, et ce qui s’applique sur l’un ne s’applique pas sur d’autre et ce, suivant les tempo, les tonalités, l’instrumentation et les genres…

Travailler avec des références est particulièrement important si vous devez changer souvent d’environnement. J’ai toujours avec moi une playlist ProTools dans un coin de mon disque dur prête à être importer pour pouvoir juger l’écoute d’un studio.

3. Faites des choix

Une méthode que je vous encourage à adopter est de choisir quel instrument sera le plus grave ou sonnera le plus « profond » dans votre mix. La basse au dessus de la grosse caisse ou inversement ? Vous pourrez difficilement avoir les deux. Essayez de mettre en avant deux elements dans la même zone en bas du spectre est le meilleur moyen de rendre vos graves instables et inintéressant.

Gérer les fréquences graves de vos mixages

4. Coupez les graves

Qui ne sait jamais dit : Les graves de cette basse sonne énorme quand je l’écoute en solo !

Très souvent, le fait de couper le grave d’un instrument peut rendre l’ensemble de votre son beaucoup plus défini. Comme pour laisser le champ libre à votre instrument le plus grave.

Il y a différentes approches par rapport à ça et cette solution peut varier de titre en titre. Vous pouvez par exemple avoir un mouvement de basse très lent avec une dominance dans les 40-80 Hz avec une grosse caisse résonnant dans les 90-180 Hz (ou l’inverse). Vous pourriez avoir une grosse caisse profonde qui dispose d’une vaste énergie autour de 50Hz et 100Hz, avec une basse qui module autour des 70-90Hz. (ou vice-versa à nouveau!)

Couper les graves peut paraitre contre intuitif aux premier abord, mais dans certains cas, il ne faut pas hésiter. Si votre grave manque de précisions ou sonne « mou » un simple coupe  bas peut rendre votre grave beaucoup plus net. Faites confiance à vos oreilles et n’écoutez pas les idées préconçues.

5. Ecoutez vos mixages dans des studios professionnels

Dernier conseil que je puisse vous donner, c’est d’aller écouter votre travail dans des studios à l’acoustique irréprochable. Vous pouvez faire cette démarche dans des studios d’enregistrement mais également dans des studios de mastering.

Les studios de mastering sont de part leur rôle, sont souvent les mieux habilités à avoir une acoustique parfaite, et on très souvent l’habitude de gérer ces problèmes de graves dans les mixages.

C’est dans ce genre d’endroits que vous pourrez vous rendre compte de l’importance d’une écoute saine dans un environnement sain.


1 réponse

  1. Dario dit :

    Super article. Très complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Mixage
Profondeur et espace dans un mixage
Profondeur et espace dans un mixage

Profondeur et espace dans un mixage Pour moi, les éléments essentiels de tout bon mixage professionnel sont une bonne répartition...

Le "british mode" du compresseur 1176
Compression parallèle 1176 en british mode

Compression parallèle 1176 en british mode Dans cette vidéo je vous explique comment mettre en place une technique de compression...

Fermer