les microphones studio

Le son

Le microphone : les différents types

23 mai , 2015  

Le microphone :

Comme vous le savez, une prise de son se fait à travers une « chaîne », et le premier maillon de cette chaine est le microphone. C’est le premier outil que vous allez utiliser pour enregistrer ou diffuser un son. Le microphone « passe partout » n’existe malheureusement pas. Chaque microphone répond à des applications précises d’où l’importance de bien connaitre les différents types de microphone qu’il existe et apprendre à bien les choisir en fonction de nos besoins. Un bon choix de microphone, c’est autant de temps de travail économisé en traitement direct ou lors du mixage de vos pistes.

Fonctionnement d’un microphone :

Un microphone est un transducteur ou convertisseur électroacoustique. Il capte les variations de l’air et transforme cette énergie acoustique en énergie électrique. Les variations de l’air entre en contact avec la membrane dont les déplacements génère une tension électrique. Un haut-parleur qui est aussi un transducteur va faire exactement l’inverse du microphone. Bien qu’il soit possible de transformer un haut parleur en micro comme par exemple pour un yamaha Sub-kick :

Le microphone : les différents types

Yamaha SubKick

Les types de microphones :

Le Microphone dynamique à bobine mobile ou tout simplement microphone dynamique. Il utilise les propriétés électromagnétiques d’une bobine mobile. La membrane est relié à cette bobine, qui placé dans le champ magnétique d’un aimant transformera la pression d’air acoustique capté par la membrane en tension électrique.

Le microphone

Le microphone dynamique est fiable, robuste et bon marché. Il en existe beaucoup, de toutes marques mais parmi les plus connus et les plus utilisés on peut citer :

Le Shure SM57 : utilisé par exemple sur les caisses claire ou amplis guitare…

Le microphone

SM57

Le Sennheiser MD421 : beaucoup utilisé pour les toms de batterie, amplis guitares, cuivres…

Le microphone

Sennheiser MD 421

L’Electro Voice RE20 : pour capter des instruments graves : Grosse caisse, ampli basse, etc…

Le microphone

RE20

L’avantage de ce type de microphone est qu’il ne nécessite pas d’alimentation électrique et leurs membranes peuvent supporter de très grosses pressions acoustique. Comme par exemple des grosses caisse, caisses claire ou des amplis guitares à haut volume… C’est pour ça qu’ils sont beaucoup utilisés autant sur scène qu’en studio pour ce genre d’application

Ils ont en général une sensibilité relativement faible et donc un signal de sortie faible. Il faudra un pré-ampli pour exploiter correctement le signal. Son utilisation est donc plus adaptée pour des prises de son de proximité plutôt qu’en ambiance. Leurs courbes de réponse est moins linéaire et leurs performances dans les fréquences aigües est généralement moins bonne. Suivant les modèles de micros, les courbes de réponse sont très différentes, donc ne pas hésiter à les essayer, ou miser sur des micros qui ont déjà fait leurs preuves.

Le microphone électrostatique utilise quand à lui les propriétés de charge d’un condensateur. Ce dernier est constitué d’une fine membrane (électrode) en plastique, revêtue d’une couche métallique et d’une pièce de métal (contre-électrode) fixe. Les variations de l’air vont faire vibrer la membrane qui fera varier la capacité du condensateur, pour finir en tension électrique. Ce système électronique requiert une alimentation, que l’on surnomme  « alimentation fantôme » (car elle transite par les mêmes conducteurs que le signal audio, en l’occurrence votre XLR). Elle d’une valeur de 48V en tension continue. Cette alimentation sert aussi à la polarisation de la membrane.

Le microphone

micro électrostatique

Ces microphones sont en général de très haute qualité. Il donne un rendu beaucoup « réaliste » qu’un micro dynamique grâce à sa membrane beaucoup plus légère et leurs niveaux de sortie sont beaucoup plus élevées. Contrairement au micro dynamique, leurs membranes n’est pas soumise à l’inertie d’une bobine mobile, ce qui donne des réponses beaucoup plus précises sur toute la bande passante.

Leurs champs d’application est donc beaucoup plus large que pour les dynamiques. On peut les utiliser autant en prise de proximité qu’en ambiance. Les plus performants possèdent un atténuateur (pad) de -10db afin d’éviter de saturer les pré-amplis. Mais aussi un passe haut pour atténuer l’effet de proximité pour les prises de son rapprochées et parfois un sélecteur de directivité.

Le microphone

Neumann u87

Par contre, leurs technologies les rend beaucoup plus coûteux (de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros) et surtout beaucoup plus sensibles au chocs, au vent et aux fortes pressions acoustiques qui peuvent les endommager. Il est donc difficile de les utiliser en extérieur ou en sonorisation de concert.

Attention à certains modèles bas de gamme qui peuvent générer un bruit de fond produit pas leur circuit électrique, vous pouvez l’entendre si vous devez pousser votre préampli.

Le microphone à électret fonctionne de la même manière que le micro électrostatique, si ce n’est la charge électrique qui n’est pas fournie par une alimentation 48v, mais appliquée de manière permanente lors de sa fabrication. Ce principe coûte moins cher et peut être une alternative entre un micro dynamique (réponse en fréquence moins étendue) et un micro statique (prix plus élevé). L’inconvénient est que la polarisation de la membrane n’est pas réellement définitive et aura tendance à s’estomper avec le temps. Cela n’empêche pas que le micro ait besoin d’une source d’alimentation pour ses composants électroniques. Cette alimentation peut être de 48V mais peut aussi être fournie par une pile (de 1,5V à 9V). Certains modèles ont aussi tendance à avoir un bruit de fond qui peut être gênant dans certaines applications.

Les micros à ruban font partie du groupe des micros dynamiques. Un ruban est placé dans le champ magnétique d’un aimant. Ce ruban métallique joue à la foi le rôle de membrane et de bobine. Sa vibration induit directement un courant électrique à ses bornes.

Le microphone

micro à ruban

Ce type de micro offre des aigus très doux mais à un niveau de sortie très faible. Il est aussi extrêmement sensible aux chocs, au vent et aux fortes pressions acoustiques. Ne les soumettez pas à de trop fortes pressions acoustique, car leurs membranes est très fragiles.

Le microphone

Royer r-121

Les Micros à zone de pression disposé sur une surface réfléchissante, permettra de capter un phénomène de surpression acoustique offrant un gain de 6dB par rapport à un micro placé dans l’air. On constate surtout un renforcement des fréquences basses ce qui rend cette technologie intéressante pour la prise de son d’instruments graves. Ci dessous par exemple le beta91 peut donner d’excellent résultat en le déposant tout simplement à l’intérieur d’une grosse caisse.

Le microphone

Shure beta 91

Ces micros sont donc composés d’une plaque plus ou moins grande (plus elle est grande, plus la réponse en fréquence du micro sera étendue et linéaire dans les fréquences graves) et d’un capteur, généralement électrostatique ou à électret. Ci dessous le PZM de Crown, donne des résultats étonnant accroché à un mur pour capter des sons d’ambiance.

Le microphone

PZM-Crown

La suite dans les caractéristiques des microphones


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Le son
bases du son
Les bases du son

Les bases du son : Un son est une vibration de l’air, ou plus précisément des mouvement ondulatoires de l’air. Lorsqu’un...

Fermer